A l'affiche, à partir du 5 septembre 2002

GROS - CÂLIN

 

COMEDIE :  d'après Romain Gary, mise en scène de Patrice Kerbrat avec Thierry Fortineau, décor d'Edouard Laug, lumières de Laurent Béal et costumes de Pascale Fournier.

 

La Pépinière Opéra

7, rue Louis-le Grand (2ème arr.)
Métro / accès : Opéra.
Téléphone : 01.42.61.44.16
Parking : face au 4 place Vendôme

 

     Le théatre : 

   n 1919, un chansonnier, Saint-Granier, prend possession d’un théâtre de trois cent cinquante places et le baptise «La Potinière». On y donne des revues de Rip, avec Arletty. Les spectacles de Saint-Granier, de Tristan Bernard, Jules Berry, André Luguet y triomphent en 1921. En juin 1927, un jeune mécène américain finance la rénovation du théâtre. En 1928, Raoul Audier, le nouveau directeur, prend sous contrat le “couple infernal” Jules Berry/Suzy Prim pour jouer des pièces de Marcel Achard ou Alfred Savoir, dont les décors sont tous réalisés par l’affichiste Paul Colin. 1935, le théâtre devient cinéma. Puis à nouveau théâtre avec des directions diverses. En 1973, une compagnie bancaire, propriétaire des murs, veut transformer la salle en parking. Heureusement l’affaire ne se fait pas. En 1988, Julien Vartet prend la direction du théâtre, puis c’est Pierre Jacquemont qui le transforme en un lieu pour toutes les musiques. Il cède la place à Elie Saiovici, déjà directeur du théâtre Tristan Bernard, qui compte fédérer deux sensibilités, celle du théâtre de texte et celle de la comédie musicale.


     A partir du 5 septembre. Du mardi au samedi à 21H00 et samedi à 18h00. Places à 31 euros. 
1 salle de 350 Places
climatisation, accès handicapés
bar,  carte bancaire acceptée

 

  Le spectacle :

  Une spectacle avec un seul acteur, mais quel acteur, Thierry Fortineau est plein de tendresse, l'humour est léger, on est rarement plié en deux, et pourtant, on se sent fondre devant  les bons sentiments de Michel Cousin, qui par mimétisme pour son python en arrive à manger lui même les souris destiné à son animal préféré. 

   Oui, Gros Câlin est un gentil python, nous autres personnes ordinaires nous ne cherchons pas à communiquer avec ces êtres plein de délicatesse qui s'enroulent si tendrement autour de vous. 

   Mademoiselle Dreyfus, une Guyanaise tellement désirable elle est pleine de mystères qui se dévoilent au cours de la pièce, est-elle la nièce du capitaine ? 

   Le simple nom de Dreyfus est si contradictoire avec la personnalité de la pièce que cela nous semble incroyable. On  dit que l'habit fait le moine, et le nom fait la nonne. Mademoiselle Dreyfus n'a rien d'une nonne, vous le comprendrez dans la pièce.

  Allez y, courrez y, le soir où j'y suis allé, tout était plein, même les strapontins, et toute la salle a apprécié.   

Les films où Thierry Fortineau a joué : 

    retour page d'accueil