facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/


La synagogue de Dijon

 

lundi, 25-Jui-2012->->->->->


Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016... 
trefle
  La synagogue de Dijon a été prévue avant la guerre de 1870, mais les événements ont retardé le projet. Aujourd'hui elle se dresse à deux pas de la place Wilson, et sert de lieux de rencontre à une communauté juive vieillissante et toujours dynamique.
   
 

Henri Claude Bloch, notre ancien président dans les années 1980, marchand de laines de son état, a consacré sa retraîte à fouiller bibliothèques et archives municipales pour collecter des documents concernant l'histoire juive locale. Il écrit deux livres sur l'histoire du judaïsme dans la ville, qui sont épuisés, et lui même nous ayant quitté malheureusement il y a quelques années ne peut plus faire grand chose pour en améliorer la diffusion.

L'exode des juifs d'Alsace, contrairement à la légende patriotique a commencée bien avant le désastre de la guerre franco prusienne de 1870. J'avais de la famille d'origine alsacienne assiégée à Paris, et mon ancêtre Lévy bien qu'Alsacien habitait déjà Bar le Duc. En 1869, les juifs de Dijon, quasiment tous alsaciens étaient trop à l'étroit dans les salles de la mairie qui leur avait été prétées. Ils sollicitent donc le conseil municipal, et le 7 juin 1869, Monsieur Joliet, le maire leur accorde le terrain où sera bâtie la synagogue.

 


Date d'inauguration de la syangogue
inaugurationDevant l'autel, on trouve une plaque donnant en hébreu la date de l'inauguration

La même mosaïque, de l'autre côté de l'Autel par terre indique 23 éloul 5639
date

L'hébreu, ne connait pas le zéro, et les chiffres sont des lettres. Ainsi on écrit une date en en faisant un mot.

Souvent les suites de lettres qui forment une date ont un sens, mais hélas, ce n'est pas la cas ici.

Réciproquement, en hébreu les mots ont une valeur numérique, et on peut trouver d'autres mots qui ont même valeur numérique, ce qui permet des rapprochements parfois intéressants, insolites, mystiques ou farfelus.

Le rabbin Michel Aaron Gerson (1825-1900) officiait à Dijon à l'époque. Il est né à Durmenach, en Alsace, un véritable Schtetel , les juifs en 1791 représentaient 54 % de la population. Le 2 septembre 2012 aura lieu à Durmenach la journée du patrimoine juif. cet érudit a publié un livre sur l'histoire des juifs de France. Il est enterré au cimetière municipal de Dijon, en dehors du carré israélite, et sa tombe aurait bien besoin d'être remise en état.

 

 

Les Sirodot père et fils, Auguste et Alfred ont réparé et bâtijardin de nombreuses églises et lavoirs à Dijon et dans les environs. Mais il la Synagogue est probablement son oeuvre maitresse. L'architechte était franc maçon, et la décoration comporte de nombreux symboles que les frères reconnaîtront. Parmi les détails curieux, il y a les bouches d'aération en fonte, leur dessin évoque irresistiblement des croix gammées !

La synagogue de style néo byzantin s'honore de vitraux qui ont été réalisés à Paris par M Eugène Stanislas Oudinot peintre verrier à Paris (1827-1889). Ancien élève de Georges Bontemps pour l’art du vitrail, Oudinot passe ensuite dans l’atelier de Delacroix pour apprendre la peinture. Il a réalisé de nombreux vitraux d'église, et bien sûr était totalement ignorant de la langue hébraïque. C'est d'ailleurs probablement lui qui a réalisé les vitraux de la Grande Synagogue de la rue de la Victoire dans le 9 ième arrondissement.

 

 

Vitraux : Les cinq livres de Moïse

berechit chemoth vaykra
Berechit, la Genèse, "Au commencement", on lit Kerechit, le vitrier ne connaissait pas l'hébreu. Les symboles exprimant la genèse seraient franc-maçon? Chemoth, les noms, ou l'Exode montre l'effondrement de l'obélisque et le Mont Sinaï tout incandescent. Vaykra, ou le lévitique, a le pompon des erreurs hébraïque, heureusement qu'il y a l'illustration représentant le temple, car le texte hébreu est illisible.


 
bamidbar devarim kevod et

Bamidbar, Dans le désert ou les nombres. Avec des tentes, et aussi une faute d'écriture !

 

Dabarim, les paroles ou le Deutéronome. Symbolisé par un rouleau de la Thora surlequel est écrit : "H'azac ! soit fort", c'est par ce souhait que nous terminons la lecture de la Thora. Kavod Ett : Honnore.. (ton père et ta mère) Ce vitrail qui n'a pas de faute d'écriture, évoque les dix paroles. Il n'y a que cinq livres dans la Thora de Moïse.
  Vitraux les douze enfants de Jacob (voir ceux de Chagal à Jérusalem)
 
benjamin dan
Asher,  D’Asher vient la graisse, sa nourriture et il en fait des gâteaux de rois. Berechit 49 : 20
Le symbole habituel d'Asher est l'olivier, car dans Debarim 33- 24 est écrit  : «Il baigne son pied dans l'huile»
Benjamin, habituellement représenté par un loup, ici on rapelle qu'Esther était de la tribu de Benjamin. On voit le rouleau ou Meguila Esther. Dan jugera son peuple comme l'une des tribus d'Israël.
Dan sera un serpent sur le chemin, un aspic sur le sentier, qui mord les jarrets du cheval et son cavalier tombe à la renverse.

Berechit 49:16
 
gad Isakhar joseph
Gad, sera assailli par des bandes armées, Mais il les assaillira et les poursuivra. Berechit 49-19 Issachar, son symbole habituel est l'âne, parfois l'ours, mais aussi l'étude. A Zébulon il dit, «Soit heureux Zébulon dans tes voyages, et toi Issachar dans tes tentes ! Car ils convieront les peuples sur la montagne, pour y célébrer des festins glorieux» Debarim 33- 18 Joseph n'a pas donné de tribu, seulement par contre ses deux enfants "Ephraïm et Menassé" ont eu droit à un territoire. .
Ici la vue des pyramides evoque simplement la vie de Joseph devenu vice roi.
 
juda levy Nephtali
Juda : cet arbre est mystérieux, c'est en général la tribu d'Asher qui est représentée ainsi. Est-ce un symbole de la souche de Jessé, la famille de David ? Lévy : «Or, le lendemain, Moïse entra dans la tente de rendez vous, et voici qu'avait fleurie la verge d'Aaron, déposée par la famille des Lévy, il y avait des boutons, des éclos desfleurs, muri des amandes» Bamidbar 17-20 Nephtali : je reste perplexe devant la couronne de Juda pour symboliser Naphtali, généralement représentée par une gazelle ou un cerf.
 
Reuven simeon zevoulon
Ruben, étant allé au champ à l'époque dela récolte du froment, y trouva des mandragores et les apporta à Léa, sa mère. Berechit 30-14 . Ce sont surtout les racines de mandragore, qui sont réputées magiques, car elles ont une forme parfois humaine. Siméon et Lévy, digne couple de frères, leurs armes sont des instruments de violence ! Ne t'associe pas à leur desseins, ô mon âme ! mon honneur ne soit pas complice de leur alliance Berechit, 49-5 Zébulon occupera le littoral des mers, il offrira des ports aux vaisseaux, et sa plage atteindra Sidon. Berechit 49 13
 

victoire


O
n remarquera la proximité entre les vitraux de Dijon et ceux de la Grande Synagogue de Paris, rue de la Victoire. C'est probablement le même artiste qui les a réalisé

(Ci contre Lévy, Siméon et Ruben )

  tebah

L
es fidèles font face à l'armoire où sont entreposés les rouleaux de la torah. L'armoire est couverte d'une tapisserie en velour rouge et brodé en fil doré. Tous les objets de décoration en bronze ou en métal doré ont été offert par des généreux donnateurs, souvent en mémoire de leurs proches disparus. Hélas, qui se souvient d'eux et de leurs parents aujourd'hui ? plus personne ici, car on ne trouve plus à Dijon de descendants de ces familles. Mais, moi, je connais le nom de Sylvain Hirsh. Je sais que ses enfants ont fait un cadeau de prestige à notre synagogue et je les en remercie.

Les visiteurs sont toujours étonnés de voir un grand chandelier à neuf branches, alors que le temple de Jérusalem s'ornait d'un autre à sept branches seulement.
Ce chandelier est une Hanoukiah, elle a été conçue pour commémorer la fête de Hanoucah, qui à lieu généralement aux environ de Noël, fête où on allume des lumières... Pourquoi ? vous le saurez dans un autre épisode.

 


 

plaque

Sur les murs, on a mis des plaques pour remercier ceux qui ont fait que notre monument tient encore debout malgré les outrages du temps,

Avant de finir cette visite virtuelle, un dernier hommage à ceux qui portaient des chapeaux haut de forme, et qui ont réussi à doter Dijon d'une synagogue monumentale.

Puisse-t-elle continuer à jouer son rôle d'animation, d'étude, et de prière

 

Michel Lévy