facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/


Revue de presse sur Jacquard août 2013


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016... 
trefle
 
 

 










urs qu’il tenait déjà lorsqu’il n’en était rien. Le régime baasiste a tout fait pour qu’il devienne réalité.

ph

 

 

"Pour être prix Nobel, il faut être farfelu"

 

 

par Christilla Pellé-Douël France info
http://www.franceinfo.fr/sciences-sante/modes-de-vie/albert-jacquard-pour-etre-prix-nobel-il-faut-etre-farfelu-1143751-2013-09-16

Modes de vie Albert Jacquard : "Pour être prix Nobel, il faut être farfelu"

LE LUNDI 16 SEPTEMBRE 2013 À 14:17

Albert Jacquard, le généticien-philosophe et engagé, est mort la semaine dernière. De nombreux hommages lui ont été rendus dans la presse et sur France-Info. Christilla Pellé-Douël l'a rencontré à plusieurs reprises et elle nous fait partager un aspect fondamental de sa pensée.

"Eloge de la différence " d'Albert Jacquard

J'ai eu l'immense chance de rencontrer plusieurs fois Albert Jacquard, et d'être au contact direct de son extraordinaire intelligence qui était en quelque sorte magnifiée par son humanité.
Jamais je n'ai croisé un être aussi radieusement humain. Chaque personne quilivre l'écoutait, qui parlait avec lui, se sentait plus intelligente, plus riche, plus épanouie
L'une des idées forces de sa pensée concernait la notion de différence et d'égalité. Ce qui était extraordinaire avec lui, c'est qu'il ne se laissait jamais enfermer dans un discours entendu. Il adorait manier les contradictions pour mieux faire jaillir une idée.

Donc, pour Albert Jacquard, la différence entre les êtres humains est inévitable, elle est le produit de la reproduction, elle est nécessaire à la survie des espèces, en l'occurence à la survie de l'espèce humaine. Ce sont ces différences qui nous donnent des grands, des petits, des bruns, des peaux noires, des peaux blanches etc...

La génétique n'est pas égalitaire

Mais pour autant, la génétique n'est pas égalitaire : il y a des différences et des inégalités : certains ont une espérance de vie amputée en raison d'une maladie génétique, d'autres sont atteints de lésions cérébrales, alors que leur voisin a une santé de fer et une intelligence rapide; vous voyez que là, Albert Jacquard sortait des idées toutes faites, des tabous de langage qui nous empêchent de dire les choses. Mais c'est une idée dangereuse de parler d'inégalité entre les humains ! Dans la bouche de certains, ça peut déraper, mais son raisonnement aboutissait au contraire à une démonstration frappante : "nous sommes différents, inégaux mais nous ne sommes pas hiérarchisables ! Nous appartenons tous à la même espèce, l'espèce humaine, et il n' y a pas de classement possible. Notre tendance à vouloir classer, trier, repose sur un recours permanent à des mesures qui ne reposent sur rien de fondé ni de légitime. Peut-être cette tendance nous donne-t-elle l'impression de maîtriser le chaos de l'existence, et donc nous rassurent, mais c'est une stupidité."

L'intelligence est impossible à mesurer

Par exemple ? "L'une des choses qui l'exaspérait le plus était le tests de mesure de l'intelligence, le fameux QI. Ca le mettait très en colère. L'intelligence, disait-il, est impossible à mesurer. Elle ne tient pas seulement dans des capacités cognitives, mais elle s'exprime avec tant d'autre choses, comme l'intelligence affective, l'intelligence relationnelle, l'intelligence des situations, l'imagination, la créativité etc... c'est-à-dire avec un ensemble de capacités non paramétrables et par dessus le marché changeantes selon les situations. Ainsi, on peut être totalement bloqué dans une situation, par exemple dans une catastrophe et très brillant au cours d'une conférence, ou l'inverse... Pour lui, ces classements, ces palmarès ne sont pas seulement des aberrations, mais aussi une catastrophe pour la richesse de l'humanité.

Il donnait souvent pour exemple son entrée à Polytechnique, en disant qu'il avait été reçu parce qu'il s'était soumis à une norme et non pas parce qu'il était plus intelligent que d'autres candidats. "Quel est l'intérêt de sélectionner les individus les plus conformistes ?" concluait-il.
Pourtant, ces concours permettent de donner leur chance aux élèves les plus brillants, de les former, c'est la richesse d'un pays, non ? En ce qui concerne les Ecoles, oui - et encore, disait-il, il faudrait revoir les enseignements- mais les concours et les classements, c'était vraiment sa bête noire.

Il donnait un exemple formidablement convaincant : l'Ecole Polytechnique de Zurich recrute ses élèves sur un simple examen de compétence et de connaissances, pas de concours. Cette école a eu une trentaine de prix Nobel parmi ses anciens élèves.

. Il concluait par ces mots "Il y a un véritable massacre des cerveaux. Pour être Prix Nobel, il faut être farfelu." Albert Jacquard en était la meilleure preuve : créatif, anticonformiste, il l'était tellement.

Et c'est en cela qu'il était tellement important. Laissons nos intelligences s'épanouir, laissons à nos enfants la place d'exprimer leur créativité, ne les forçons pas à rentrer dans le moule. Et nous aurons alors davantage de petits Albert Jacquard à venir. C'est tout le bien que je nous souhaite. Si vous ne devez lire qu'un seul livre d'Albert Jacquard, lisez son Eloge de la différence : la génétique et les hommes. Il faut s'en imprégner.

 

 

Albert Jacquard était "une lumière"

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 12.09.2013 à 16h15 • Mis à jour le 12.09.2013 à 17h43

L'annonce de la mort d'Albert Jacquard, connu à la fois pour ses travaux sur la génétique et pour ses engagements citoyens, suscite une vive émotion. Parallèlement à l'enseignement et son travail d'expert à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ce Lyonnais d'origine n'avait de cesse de démonter les arguments prétendument scientifiques des théories racistes.

Un humaniste engagé pour Hollande

"Albert Jacquard était un grand généticien, un chercheur attaché à la diffusion des savoirs, un professeur renommé et un écrivain respecté", mais aussi "un humaniste engagé qui militait inlassablement pour les droits des plus pauvres, pour leur logement et leur dignité", a salué le président de la République dans un communiqué. "Les Français perdent un savant, et les plus démunis, un de leurs plus illustres porte-parole", a-t-il également souligné. Le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, a rendu hommage à un "brillant universitaire" qui "œuvra toute sa vie contre les arguments prétendument scientifiques des théories racistes" et qui "a combattu en faveur des droits des plus pauvres, notamment en faveur de l'accès au logement", et défendu "l'éducation contre vents et marées, car il savait qu'elle était le plus puissant levier de l'émancipation individuelle et collective". Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris a dit son "émotion" après la mort de ce "scientifique brillant, laissant derrière lui un héritage inestimable", qui était aussi "un citoyen éclairé, doté d'une conscience politique et sociale aiguë".

"ALBERT ÉTAIT UNE LUMIÈRE"

"C'est une grande perte pour nous, Albert était une lumière", a déclaré Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de Droit au logement (DAL), une association dont le généticien était président d'honneur. "Albert était un compagnon de route depuis le début, en 1990. C'était son premier engagement sur le terrain et il est resté avec nous jusqu'au bout. Il était toujours disponible, même à 87 ans", a ajouté M. Eyraud. "Il savait donner de l'espoir à des enfants, à des mal-logés. Il faisait passer des messages compliqués avec des mots simples", a-t-il souligné.

Les hommages affluent depuis l'annonce de sa mort. Son collègue Axel Kahn salue sur Twitter "un homme courageux et profondément bon". La ministre du logement Cécile Duflot s'est dite "très émue" par la disparition d'"une grande figure du combat écologiste". "Ce scientifique engagé incarne une invitation, toujours actuelle, à réfléchir sur les déséquilibres de nos sociétés, la richesse de nos cultures et l'importance de l'éducation", écrit la ministre dans un communiqué. "IL NE FAUT PAS QUE SA LUMIÈRE S'ÉTEIGNE" Dans la même tonalité, Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, exprime sa "grande tristesse" . "Chacun était frappé par l'humilité de ce savant militant qui mettait ses connaissances et son autorité morale au service des autres et d'abord des plus humbles", écrit le responsable socialiste, rappelant qu'"Albert Jacquard a accompagné ou impulsé d'innombrables combats citoyens : lutte contre la pauvreté et les inégalités en particulier en tant que président d'honneur de l'association Droit au logement, contre les violences sexuelles faites aux enfants partout dans le monde, combat écologiste, combat pour la paix et la non-violence."

Jean-Luc Mélenchon, qui avait les faveurs du chercheur lors de la dernière élection présidentielle, avertit sur Twitter qu'"il ne faut pas que sa lumière s'éteigne". Quant au Parti communiste français, il "salue la mémoire de cet homme qui, venu des sciences, avait embrassé les combats pour l'égalité et la justice".

Quand Albert Jacquard squattait un immeuble vide pour défendre le droit au logement

 

ph

 

Décès du généticien Albert Jacquard militant du boycott d’Israël

 

 

jacquard

Le généticien Albert Jacquard est mort jeudi à l’âge de 87 ans. Ce polytechnicien, né le 23 décembre 1925, a été emporté par une forme de leucémie. Très médiatisé, ce scientifique était également connu pour ses engagements politiques.

Soutien de longue date à la cause palestinienne, il était membre du pseudo Tribunal Russell sur la Palestine, aux côtés de son ami Stéphane Hessel avec lequel il a co-écrit en 2012 “Exigez un désarmement nucléaire total “.

Créé en 2009, le Tribunal Russell sur la Palestine est un tribunal d’opinion a pour vocation de “mobiliser les opinions publiques pour que les Nations unies et les États membres prennent les mesures indispensables pour mettre fin à l’impunité de l’État d’Israël et pour aboutir à un règlement juste et durable de ce conflit”. Pour le sociologue Shmuel Trigano, le Tribunal Russel est “un tribunal improvisé où il n’y a ni président, ni droits de la défense et où le chef d’accusation n’a pas été clarifié” et une “véritable manipulation de la notion de justice internationale”.

En 2002, le professeur Jacquard avait participé à un voyage de soutien aux Palestiniens et à Yasser Arafat, à Ramallah, une mission conduite par l’ancien dirigeant de la Confédération paysanne José Bové, pour dénoncer “la terreur du gouvernement Sharon” et pour exiger “l’envoi d’une force européenne de protection du peuple palestinien, la rupture de l’accord commercial entre l’Union européenne et Israël”. Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info

ph