facebook

 

Mivy décoiffe,
car il a été conçu par un chauve !

m'écrire : a   adresse : https://www.mivy.fr/


Un Voyage dans l'émotion (3)
Le Sud...

Dimanche, 21-Sep-2014
Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


ou contactez moi : michel.levy@orange.fr

Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021

trefle
 

 

En route vers le Sud Tabor

Au Sud de Prague, il y a la ville de Tábor , fondée au XVe siècle, comme une cité exemplaire d’égalité entre tous ses habitants, elle a été baptisée par référence au mont Thabor, près de Nazareth en Israël. Ses fondateurs, tous membres du mouvement réformateur hussite, l’ont construite avec l’intention de fonder une nouvelle forme de société, refusant les lois des hommes et dirigée uniquement par les lois divines.

Près du centre ville, il y a une grande pelouses avec des arbres, et au milieu, un monument isolé, on peut lire en hébreu «cimetière des juifs de Tabor, détruit en 1941 »

d

On sent partout en Tchéquie l'influence du poids très lourd des guerres de religion. C'est dans ce pays que Jean Huss a été brûlé vif en 1415 pour hérésie, provoquant une guerre civile qui a été réprimée dans le sang par les soutiens de l'église catholique et romaine. Jan Hus a été brulé vif a l´issue d´un concile de l´Eglise catholique romaine a Constance, en ce qui est aujourd´hui l´Allemagne et non pas dans le royaume de Boheme. S´il était resté en Boheme, il n´est pas du tout sur qu´il eut été martyrisé.

La contre réforme a tenu à appuyer sa victoire militaire en écrasant les hussites et autres luthériens par un nombre incalculable de statues souvent noircies par le temps. Les calvaires trouvés un peu partout ont un air sinistre, ce caractère est davantage ressenti par ceux qui connaissent l'histoire et ses drames.

C'est aussi pour cela qu'on trouve tant d'églises dégoulinantes d'or et de richesses, alors que plusieurs synagogues abandonées, bâtiments tout simples, sans image, ont été transformées en temple hussite.

 

Český Krumlov, la perle de la Bohème du Sud

Český Krumlov est la perle de la Bohème du Sud, il y a un château extraordinaire, avec des fossés profonds et rocheux, on est déjà dans les contreforts des Alpes, et au fond des fossés il y a des ours.

Comme d'habitude notre "penzion" était située tout en haut de la ville, perdu à la limite de la forêt, mais cette fois, nous n'avions pas d'escalier à monter, et on pouvait manger sur place. Dans le jardin, en contrebas, à côté du tobogan et du trampoline, il y avait un magnifique jacouzzi qui nous tendait les bras, c'est promis, nous irons nous y tremper demain... mais demain et les autres jours, la médiocrité de la météo nous a fait abandonner ce projet hydrolique.

La ville de Český Krumlov est un peu comme Besançon, entourée par les méandres d'une rivère, et surmontée par une citadelle, le château.

Ici on voit la tour du château qui domine très largement l'église. Ci dessous détail d'un four en céramique photographié en douce dans le château.

 

Argentés, mais pas trop, les Schwartzenberg ont peint des décors de théâtre très réussis sur la cour intérieura Les armes des propriétaires du château montrent une tête de turc en train de se faire déguster par un gentil corbeau, preuve que les Schwartzenberg, heureux propriétaires étaient bons pour les animaux.
   
 

Le théâtre du château est remarquablement décoré, on sent l'influence italienne, elle est toujours sensible, gâce aux touristes italiens, très nombreux. On entend aussi beaucoup de touristes germanophones, slavophones, anglophones, et quelques rares français ou asiatiques.

  Le musée du château est très riche.
 
Le chateau est entouré d'impressionnants précipices, et de fossés rocheux, au fond, il y a des ours, mais paradoxalement, au lieu d'être nourris avec les innombrables resquilleurs, les pauvres bêtes sont obligées de se contenter de tomates, de carottes et de pain dur .
 

Mais rassurez vous, on ne rencontre pas que des ours à Český Krumlov !

 

Třebíč, le plus grand Shtetl de Tchéquie

Nous avons eu beaucoup de mérite à visiter Třebíč, le sort voulait nous interdire d'y arriver. si les routes tchèques sont régulièrement entretenues, et si les chaussées sont généralement d'excellente qualité, elles sont étroites, sinueuses, et surtout il n'y a pas de bas côté. Si bien que croiser un camion près d'un tournant est une opération périlleuse, il est interdit de tenter de mordre sur l'herbe au bord de la route sous peine de se trouver dans le fossé, alors que la vitesse réglementaire, comme en France est de 90 km/h, il faut compter une moyenne de 45 km/h quand tout va bien, et ce jour là, rien n'allait bien, les ponts et chaussées locaux avait tout simplement barré la route, et toutes les routes parallèles que nous avons tenté de prendre. Bien sûr il y avait une déviation, à choisir bien en amont, mais nous ignorions le sens de ces flèches noires sur fond rouge, avant d'en comprendre, hélas trop tard la signification profonde. Maintenant, nous savons, et comme me l'a appris mon beau frère, l'expérience est un peigne qu'on vous donne quand vous n'avez plus de cheveux.

opmlk i
 

À gauche, vous avez le mur qui est devant les fidèles, dans la synagogue de Třebíč. Le trou dans le mur où se trouvaient les séphers thora, est vide aujourd'hui, le temple a été désacralisé, on peut y lire : "Sache devant qui tu te trouves".
À droite, c'est le mur du fond, où on voit la galerie des dames. Au dessus de chaque ouverture, il est écrit "écoute ! " ces dames bavardaient-elles au lieu de prier ? ?
Plus sérieusement, on peut lire en haut, en araméen "Prépares toi pour la prière du Chema trois fois", Le Shema est "le" crédo juif par excellence, c'est un extrait de la Tora qui commence ainsi "Chema Israël... Ecoute Israël ! ! l'Eternel notre Dieu, l'Eternel est un ! ", on dit ce texte trois fois par jour, le matin, le soir et avant de se coucher.

Il existe une autre synagogue à Třebíč qui date du XIX ième siècle, elle est toujours en service, elle sert au culte des protestants Hussites.

 

On peut voir à l'intérieur de la Shule, une sorte de bénitier, c'était réservé aux Lévy, qui devaient laver les mains et les pieds des Cohen avant que ces derniers ne bénissent l'assistance, en reproduisant ainsi le rituel d'un temple qui était détruit depuis plus de 1500 ans.

Une maquette du shtetl est présentée, elle donne bien l'image du quartier juif, qui n'a pas de beauté particulière, les gens vivaient simplement, j'ai toujours été étonné par la pingrerie des pauvres qui ne se construisent jamais de châteaux admirables.

Je dois avouer avoir été particulièrement ému en visitant cette ancienne synagogue, cette simplicité m'a fait ressentir une présence invisible, et j'y ai senti un appel à la prière, l'âme des anciens rodaient encore dans les parages.

 

Hommage à une communauté disparue

La République Tchèque tient à sauvegarder la trace de son patrimoine juif, de ses communautés en général disparues, par exemple, de retour de Třebíč, nous avons vu un panneau récent nous signalant un truc en tchèque avec une étoile de David, j'ai arrêté la voiture, et traversé une prairie à la recherche de ce truc, que je n'ai pas trouvé, par contre j'ai rencontré deux promeneurs qui m'ont dit qu'à cent mètres de là il y avait un cimetière juif.

J'ai déposé une pierre sur la tombe d'une dame inconnue, partie avant la tempête, plus personne n'a été enterré ici depuis 1938.

 

České Budějovice

C'est la grande ville près de Český Krumlov, il y a peu de touristes ici, pourtant, les arcades, et la vie urbaine, l'hôtel de ville, en font une ville digne d'intérêt

Des voitures et des vélos partout, et on se demande pourquoi certains font la gueule

 

Dernières images de Tchèquie

Le monastère de Zlata Koruna

Voilà ce que j'appelle un tilleul !

 

Salzburg

Puis ce fut le retour, la tête tête pleine de rêves, nous avons traversé une immense forêt en route pour Linz, au bord, des gens vendaient des myrtilles et des champignons, la route sinueuse, étroite et bordée de fossée au raz de la chaussée imposait une conduite très très prudente, arrivé à la frontière, nous avons retrouvé les bas côtés, et abandonné un peu de stress. Nous avons pris la vignette pour prendre l'autoroute, qui n'est pas très cher en Autriche, et avons roulé jusqu'à Salzburg, où nous avons trouvé une place de parking tout près du marché.

Le marché de Saltzburg se distingue par le nombre impressionnant de marchands de charcuteries, avec un choix immense, de fromages, et aussi de boutiques où les clients dégustent des spécialités toutes fraiches du marché. Beaucoup de vendeuses s'habillent en costume traditionnel.
En ville on trouve plusieurs marchands de costumes traditionnels

Axams et Baden

Nous avons dormi en montage, près d'Innsbruck à Axams, une chambre d'hôte, comme d'habitude, et pour manger, nous avons trouvé une petite pizzéria, qui avait aussi un menu afffiché sur des ardoises, la pizza était bonne, et par curiosité nous avons demandé ce qu'il y avait écrit sur l'ardoise, on nous a fait comprendre qu'aujourd'hui, ils avaient des ceps, des girolles... j'avais cru que c'était une sorte de cochonaille inconnue ! ! Alors sachez le tous bonnes gens : girolles se dit : Pfifferlinge, et cep : Steinpilz
Comme je vous l'avais déjà dit, l'expérience est un peigne qu'on vous donne quand vous n'avez plus de cheveux.

Le lendemain, ce fut à nouveau l'autoroute, à Midi, nous avons fait une halte à Baden en Suisse, une petite station thermale pas très loin de Zürich. La Suisse est un pays superbe, mais nous n'avions guère de temps, et les prix prohibitifs nous ont dissuadés de changer de l'argent, nous nous sommes donc contenté d'un repas bien agréable, de prendre quelques dernières photos, et avons repris la route pour Dijon.

 

Alors, faut-il donc nous quitter si vite ? ? j'entend encore l'oiseau tchèque qui pleure

notre départ, et qui attend notre retour....

 

 

Michel Lévy