facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/


Trump Président


Vendredi, 25-Nov-2016
Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016... 
trefle
 
Donald Trump a gagné les élections présidentielles américaines, car la délocalisation des industrie a crée du chômage et de l'aigreur vis à vis des latinos, car Hillary Clinton représentait Wall Street et était accusée de corruption, car les jeunes étaient écoeurés par la politiques et ont refusé de voter, car les vieux voyaient les moeurs évoluer trop vite, après un noir, une femme, car l'Amérique a vu son influence et son image décliner dans le monde tout ceci était logique, et les mêmes causes peuvent provoquer les mêmes effets en France.
  
 

La campagne présidentielle américaine s'est déroulée dans un climat de crise, et de doute, c'est avec angoisse que les américains voient émerger des puissances comme la Chine, qu'ils constatent le retour de la Russie, et qu'ils voient leur autorité et leur suprématie mis à mal au Proche et au Moyen Orient.

La puissance industrielle est en friche, on qualifie avec dérision de ceinture de rouille (Rust belt) les anciennes régions où l'industrie fleurissait. Les délocalisations vers le Mexique par exemple ont provoqué des fermetures d'usines en masse. Les inégalités se creusent, et l'arrivée massive de latinos, apparaît pour beaucoup comme une menace.
       Les populations défavorisées craignent leur déclassement, et leur angoisse se reporte contre les immigrés, qui leur font concurrence pour les emplois les moins bien payés.

Les démocrates

Les les primaires démocrates, ou mis en lumière Bernie Sanders. Il était l'homme de gauche que les démocrates n'avaient pas vu venir. Il n'est d'ailleurs pas démocrate, mais socialiste, ce qui n'est généralement pas très bien vu dans son pays. Il aime à mettre en regard les réussites de l'Etat-providence suédois avec les inégalités qui divisent la société américaine, en insistant toujours sur la pauvreté infantile et l'absence de couverture santé performante et abordable. Dans sa bouche, le terme « socialisme » permet surtout de transmettre la longue et riche histoire du camp progressiste aux Etats-Unis, largement passée sous silence par les discours
       C'est lui qui a attaqué la politique libérale de mondialisation, il s'est ainsi prononcée contre le projet d'accord de Partenariat transpacifique (TPP)

Hillary Clinton, qui en 2003 a voté « oui » à la guerre en Irak, signale parfois à son public qu'elle « représentait Wall Street » lorsqu'elle était sénatrice de New York. Son concurrent, farouche militant pacifiste, appelle de ses vœux une « révolution politique » ; par quoi il entend non la construction d'une société socialiste, mais l'implication du peuple dans la vie démocratique du pays,

Les positions idéologiques de Mme Clinton reposent largement sur la tradition de la « troisième voie » établie par les Nouveaux Démocrates pour répondre au conservatisme triomphant de l'ère reaganienne. Pour eux, le déclin des mouvements sociaux avait sonné le glas d'une politique de justice fiscale et il convenait de se rallier au principe d'un Etat allégé, centré sur l'aide aux entreprises plutôt que sur la protection des citoyens. Sa volonté permanente de compromis avec les milieux d'affaires a déçu une partie de la base démocrate.

Bernie Sanders a poussé Mme Clinton à infléchir certaines de ses positions : en octobre, elle a par exemple annoncé son opposition au projet de grand marché transatlantique, qu'elle soutenait auparavant.

Le parti Démocrate est une grosse machine bien huilée, et Hillary Clinton en connaît toutes les ficelles, et y compte de nombreux amis influents, la puissance des "barons" locaux a suffit pour qu'aux primaire, malgré un score tout à fait honorable, Bernie Sanders soit obligé de se retirer.

Les Républicains

Les candidats Républicains avaient un programme assez proche, pour le port d'armes «Vous ne vous débarrassez pas des voyous en vous débarrassant de nos armes. Vous vous débarrassez des voyous en utilisant nos armes », pour la peine de mort, contre l'avortement et le mariage homosexuel, dans ce sens, ils pensent nommer des juges à la court suprême qui sont "pro-live". Ils sont contre l'accord avec l'Iran, contre l'immigration clandestine, Ted Cruz a même annoncé son refus d'accorder la citoyenneté américaine à ceux qui sont entrés dans le pays illégalement

Ted Cruz est un sénateur ultra conservateur du Texas, voici son programme :
- Supprimer tous les impôts pour les remplacer par une taxe unique de 10 % sur les revenus. Donald Trump, milliardaire qui n'a jamais été élu, plaide pour un protectionnisme actif, et l'expulsion de millions de travailleurs clandestins. Les deux souhaitent supprimer les programmes de sécurité sociale publique. Pour limité l'immigration, ils veulent tous deux un mur entre le Mexique et les États Unis, est Trump souhaite qu'il soit financé par les Mexicains.

Ted Cruz a comparé les musulmans à des gangsters. « Si vous avez un quartier avec une forte activité des gangs, vous devez renforcer la présence des forces de l'ordre et cibler les gangsters pour les éjecter des rues », a-t-il lâché, et Donald Trump veut simplement interdire l'entrée du pays aux musulmans !
En politique étrangère Ted Cruz est très billiqueux et partisans d'un réarmement à outrance, alors que Trump préfère un accord avec la Russie.


La campagne électorale

La campagne électorale a donc opposé Hillary Clinton a Donald Trump. Elle fut extrordinaire !
Vraiment unique, on savait que si Hillary gagnait, ce serait la première fois que deux présidents des États Unis coucheraient ensemble, et si Donald gagnait, ce serait la première fois qu'un milliardaire chasserait un locataire noir de son logement pour prendre sa place.

En résumé on a eu une candidate qui au yeux du peuple représentait les institutions, Wall Street, et le politiquement correcte, contre un candidat iconoclaste, incorrecte, et flattant les humbles.

Donald Trump a accusé Hillary Clinton d'être vendue au Qatar, en effet, le royaume aurait fait des dons princiers pour sa campagne. Mais aussi de recevoir des grosses sommes de la part de Wall Street.
Mystérieusement, le FBI a ressorti l'affaire des mails d'Hillary Clinton en pleine campagne électorale, pour conclure une fois le dout jeté, que cela ne méritait pas de poursuites.
Pour mémoire, lorsqu'elle était ministre des affaires étrangères, Hillary Clinton avait reçu et envoyé des courriels confidentiels directement sur son ordinateur personnel, c'est à dire que les documents n'étaient ni sécurisés ni cryptés, et qu'elle s'était affranchie de l'obligation d'en faire copie à ses services. Il accuse aussi Hillary en Syrie et Irak, de tirer les marrons du feu au profit de l'Iran.

Hillary Clinton a rappelé à Donald Trump ses attouchements sur des femmes, ses insultes envers les latinos, sur les handicappés mais aussi le fait qu'il n'a pas payé aucun impôt fédéral depuis des années. Elle est révulsée devant la misère des syriens, et pense qu'il faut avoir un peu de coeur. Le tueur d'Orlando est né dans le Queen, là ou Donald Trump est né, pourquoi accuser les réfugiés ?

Donald Trump s'est engagé à nommer des juges à la cour suprème qui soient "pro-vie' c'est à dire contre l'avortement, il laissera chaque État décider, mais il fera en sorte que la cour suprême ne puisse plus s'opposer aux états qui souhaiteraient un retour en arrière sur le droit des femmes à disposer de leur corps. Hillary Clinton a mis en avant le danger de la politique de son concurrent.

Trump veut rendre sa grandeur aux Etats Unis, à ses vétérans, il veut aider les afro-américain, les latinos bien mieux que Clinton, qui elle propose de protéger le gens modestes contre les appétits des puissants, en leur promettant une bone éducation, de bons emplois et de bons revenus.

 

Les résultats :

    Voici les résultats par comté, on voit que les espaces ruraux et peu peuplés ont voté massivement pour Donald Trump. Chaque État a deux listes de grands électeurs, et la liste gagnante remporte tous les sièges. Ainsi pour tel État, un candidat peut avoir 49,5 % des voix et zéro grand électeur. Hillary Clinton a eu deux millions de voix de plus que Donald Trump, mais a eu moins d'États et de grands électeurs. Donal Trump a donc été élu président des États Unis d'Amérique.

 

S'il ne fallait retenir qu'un chiffre ce serait celui ci : 47 % d'abstention, et surtout 82 % d'abstention chez les 18-25 ans. Le vote Trump est un vote de protestation contre ceux qui dirigent le pays, mais pas un vote d'adhésion, le nouvel élu n'est ni celui de la jeunesse, ni celui de l'enthousiasme populaire.

Les réactions dans le monde

 

En France ce fut la stupéfaction et la peur. Le monde politique français sent bien la proximité entre les motifs qui ont fait gagner Donald Trump et ceux qui peuvent faire gagner Marine LePen, il s'agit d'une défiance face à l'etablishment, à la mondialisation et une hostilité à l'immigration. Après le Brexit, c'est une second coup de massu. Les caricaturistes s'en sont donné à coeur joie.
Sur les forum on peut lire : « je suis aussi inquiete que toi -vu qu il n y connait en rien la politique internationale! qu il ne sait rien sur rien en politique » mais d'autres répondent Donald Trump a triomphé Malgré le support du président Obama à Clinton, Malgré le lachage de son parti, malgré une opposition de quasiment toute la presse américaine. Qui ose prétendre que cet homme est un incapable ?
   « Je sais que l'élection de Trump va assommer les places financières aujourd'hui mais c'est le prix à payer pour en finir une fois pour toutes avec les liaisons coupables des E.U. avec les serpents wahhabites.

Avec Hillary c'est l'islam à la Maison Blanche et bientôt à l' Élysée et avec Trump le spectre de l'islam conquérant et arrogant est enterré dans les fosses septiques de l'humanité. »

Trump les Juifs et Israël 

Le nouveau président n'a pas fait l'unanimité au sein de la communauté juive, la majorité des américains juifs ont voté pour Clinton, en raison de ses propos passés antisémites et de ses amitiés douteuses avec des leaders du Klu Klux Klan, mais la droite nationaliste israélienne l'a adoubé car il s'était montré franchement anti musulman, et sa fille est mariée avec un juif religieux.

Pour certain religieux Donald Trump est l'homme providentiel, sa fille Ivanka s'est convertie au judaïsme, et s'est mariée à Jared Kushner un juif orthodoxe de Jérusalem. Elle s'est même rendue sur la tombe du Rabbi des Loubavitch pour obtenir une bénédiction devant assurément donner la victoire à son père.
Récemment elle a fait campagne dans une synagogue de Floride et a assuré les électeurs que celui-ci déplacerait l'ambassade américaine à Jérusalem.

On peut lire aussi sur des forum : " Vous avez aussi entendu le Trump appeler tous les juifs les "Leibovitz" et les "faces de Leibovitz"? Vous l'avez entendu lire en meeting la liste des banquiers juifs qui selon lui ruinent le pays? Traiter Hillary de "moche vieille juive", traiter Obama "d'enjuivé"
ou encore : on peut être inquiet de voir un incompétent, raciste, homophobe, misogyne, inculte, antisémite, vulgaire à la tête de la première puissance mondiale

      Les juifs américains ont tranché, ils ont voté pour Clinton, et en Israël Trump a la côte. Jason Greenblatt, l'un des plus proches conseiller de Trump sur le Proche-Orient, a déclaré que « Le Président élu ne voit pas les implantations israéliennes en Judée et en Samarie comme un obstacle à la paix. »

Les premières décisions du Président Élu

Dans un  premier temps, Donald Tremp a fait ce qu'on craignait, il a nommé des personnes à son image, des durs, ayant tous la même vision. Madame Betsy DeVos milliardaire partisane de l'école libre à l'éducation, Mike Pompeo, directeur de la CIA : un dur au renseignement, Jeff Sessions, procureur général des Etats-Unis, il est opposé à la régularisation des sans papiers et au mariage homo sexuel. Mike Flynn, conseiller à la sécurité nationale, partisan d'un rapprochement avec la Russie, il avait déclaré «La peur des musulmans est rationnelle.» et Reince Priebus, chef de cabinet de la Maison Blanche : un lien avec le congrès républicain, et Stephen Bannon son directeur général de campagne et chef du site d'informations ultra-conservateur Breitbart News, sera "haut conseiller et chef de la stratégie".

Toutefois, avant même sa prise de fonction officielle, le futur président élu modère déjà certaines de ses positions. Il ne cassera pas l'Obama Care, sur l'écologie il est prêt à négocier la nouvelle position des Etats Unis alors qu'il avait promis de ne pas tenir compte de la Cop21, il ne poursuivra pas Hillary Clinton au sujet des mails litigieux, il n'explusera pas des millions de clandestin mais se limitera aux criminels, il renonce à appliquer la torture contre les prisonniers djihadistes, il ne s'impliquera pas dans le combat contre le mariage homo, et même il souhaite tenter de règler le conflit israélo palestinien.

  
Nethanyahu tombe dans les pommes quand trump annonce "Je travaillerai à faire accepter la paix entre Israël et le Palestiniens"

Les discours électoraux donnent l'horizon, une ligne imaginaire qui recule au fur et à mesure qu'on avance, bien naïf celui qui croit y arriver.

Michel Lévy

Voir Revue de Presse ici

  • Un socialiste à l'assaut de la Maison Blanche (Bernie Sanders)   Le Monde diplomatique  (Bhaskar Sunkara)
  • Présidentielle américaine: qui est Ted Cruz, le rival de Donald Trump?   BFM TV
  • Le Pen et Trump: «Des phénomènes identiques» Conférence de Presse d'Anne Hidalgo
  • Cinq raisons pour les quelles Trump va gagner    Michael Moore
  • Climat, Clinton, torture... Donald Trump, l'homme qui change (beaucoup) d'avis  France Info