Mivy décoiffe,
car il a été conçu par un chauve !
réagir ou s'abonner : a  
http://www.mivy.ovh.org/

26-fév-17


Pour me suivre ou commenter sur Facebook,
facebook

L'affaire des ampoules

mardi, 15-Sep-2009

Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez

Accueil

Résumé : la commission européenne, à la demande de la France interdit progressivement la commercialisation des lampes incandescentes. Il n'existe pas sur le marché de produits équivalent, les ampoules proposées en remplacement ne sont pas au point, aussi on se pose des questions sur la véritable motivation de nos dirigeants.
 

Les statistiques sont formelles, la terre se réchauffe, tous les montagnards vous le confirmeront, les glaciers reculent dans les Alpes, les images de la fonte de la banquise nous impressionnent, certains s'en réjouissent déjà, ceux qui espèrent pouvoir y rechercher du pétrole ou qui envisagent de nouvelles voies de navigation, d'autres n'en pleurent pas encore, ceux qui risque d'être submergés par la montée de eaux.

Une majorité de scientifique s'accordent à penser que le dérèglement climatique actuel est du à l'activité humaine, en particulier à l'émission de gaz carbonique.

On peut prévoir sans risque de se tromper que les sources d'énergie fossiles ne pourront pas être éternelles, et qu'à une date indéterminée mais certaines elles vont se raréfier et seront totalement insuffisante pour satisfaire à nos besoins sans cesse croissant d'énergie.

Certains savants ne sont pas d'accord, le dérèglement climatique ne serait pas du à l'activité humaine, mais ces dérèglements font peur à juste raison.

Pour cela les autorités mettent en avant les changements climatiques et pensent que de toute façon il va falloir économiser l'énergie fossile qui elle obligatoirement va s'épuiser tôt ou tard.

  • Priorité dans les villes au transport en commun et au vélo
  • Normes d'isolation thermique des constructions neuves et prime aux travaux économisant l'énergie
  • Prime aux voitures consommant moins, limitation de vitesse etc...

Parmi les dernières mesures prises la France a réussi à imposer à l'union européenne le remplacement systématique des ampoules à incandescence par des modèles «basse consommation». Il faut noter qu'en décembre 2008, le gouvernement Néo-Zélandais a fait marche arrière et a autorisé à nouveau les ampoules à incandescence en affirmant qu'il s'agissait d'un libre choix du consommateur.

 

Courriers

Humour
Il existe trois type d'ampoules électrique :

1) Les lampes incandescentes : le principe est un filament qui s'illumine, elles dégagent plus de chaleur que de lumière et les autorités souhaitent les bannir.

2) Les lampes fluorescentes ou fluocompactes basse consommation, l'électricité chauffe un gaz qui contient le moins possible de mercure et qui s'illumine. Ces ampoule type néon sont les plus fréquentes en grande surface.

3) Les ampoules LED (Diode électrolumescente - Light-Emitting Diode ), elles ne dégagent pas de chaleur, sont moins polluante et plus esthétique mais les ampoules sont plus chères à l'achat et donnent une lumière par faisceaux.

Les lampes 2 et 3 sont basse consommation, l'énergie utilisée se concentre sur la lumière et produit moins de chaleur.

 
 
 
 
 

Les ampoules fluorescentes posent des problèmes écologiques.

Les ampoules fluorescentes sont les plus répandues. Ils sont de bons vieux néons améliorés. Le principe technique est simple, on chauffe une poudre dans un gaz neutre et le gaz s'illumine grâce au mercure qu'il contient.


Elles émettent des rayonnements radioélectriques importants

Dans le tableau ci-dessous les zones en rouge soulignent les conditions qui placent un utilisateur dans une situation non-conforme à la recommandation du Parlement Européen visant à limiter le rayonnement à 1 V/m maximum.

 

En conséquence, ces ampoules ne conviennent ni pour des lampes de chevet, ni pour des lampes de bureau.

 

 

La lumière des ampoules fluorescente est fatiguante

Les ampoules fluorescentes donnent un effet stroboscopique, a la lumière qui est hachée, l'éclairage est fatigant pour les yeux, mais peut être pas seulement pour les yeux.
Les néons sont généralisés depuis lontemps dans les commerces, les grandes surface. Or aussi bien le personnel que les clients trouvent cette lumière "artificielle", et "fatigante".
Mais peut-être cette impression est-elle due au champ magnétique vraiment plus important dans les lampes fluorescentes.

Les motifs de cet aspect fatigants sont peut être lié au caractère stroboscopique.

 

 
 
 
Le recyclage est problématique

Les lampes sont composées de 88 % de verre, 5 % de métal, 4 % de plastique, 3 % de poudre fluorescente contenant très peu de mercure. Le mercure pèse 0,005 % d'une ampoule. Or il se trouve à l'état gazeux. L'efficacité énergétique des lampes fluorescentes est due au mercure, dont la quantité a baissé de 90% durant les 25 dernières années. Si le mercure est potentiellement dangereux pour l’environnement à l’échelle des dizaines de millions de lampes arrivant en fin de vie chaque année, la casse d’une lampe ne représente pas risque majeur pour la santé. Un simple amalgame dentaire a autant de mercure que cinq cent ampoules.

Le mercure est très toxique, car son absorption reste toxique pour toujours, et les quantités ingérées se cumulent. Pour cela il est proscrit. L'écho taxe que nous payons pour chaque ampoule achetée est de 0,28 €uros par ampoule, si ce coût ne devait servir qu'à éliminer le mercure, ce précieux métal liquide reviendrait à... 1,5 million d'€uro le litre ! (voir calcul en suivant le lien)

 

L'intérêt et le volume des économies de consommation sont sérieusement mis en doute pour les ménages.

Elles ne produisent que très peu de chaleur et beaucoup de lumière. L'ampoule à incandescence produit 95 % de chaleur et 5 % de lumière, alors que la lampe fluocompacte 20 % de chaleur et 80 % de lumière. Pour cela, on dit qu'une lampe basse consommation de 20 Watts éclaire autant qu'une ampoule classique de 100 Watt. On économiserait pour une heure les trois quart de la consommation en énergie.

Oui, mais l'allumage des ampoules fluocompactes est très gourmand, donc si on allume et si on éteint très souvent l'économie devient nulle. Pour une salle de bain, un couloir ou des WC les besoins en lumière sont épisodiques et souvent court et fréquents. Si l'usager éteint après chaque usage, il gaspille de l'énergie. S'il laisse la lampe allumée il gaspille aussi, car laisser en service dix heures une ampoule basse consommation pour une utilité concrète cumulée d'une heure coûte plus cher qu'utiliser une bonne vieille lampe à incandescence.

Elles mettent plusieurs seconde avant d'éclairer et parfois plusieurs minutes avant d'atteindre leur pleine efficacité. Autrement dit si je veux me laver les mains, je n'aurai plus besoins de lumière avant que l'ampoule ne soit vraiment allumée.

Pour toutes ces raisons les ampoules fluorescentes sont inadaptées pour des couloirs, des salles de bain ou des wc, en un mot pour des endroits où on allume souvent la lumière pour un temps relativement court.

La chaleur produite par nos bonnes vieilles ampoules n'est pas perdue pour tout le monde, les lampes contribuent au chauffage. C'est vrai qu'elles sont souvent en haut des pièces, et qu'une ampoule de cent watts ne remplace par un bon réflecteur, mais quand même, c'est loin d'être négligeable. Une partie de l'économie sur l'éclairage viendra alourdir la facture de chauffage, surtout que c'est en hiver, quand il fait froid que la lumière est la plus indispensable.

En tout état de cause, les dépenses d'éclairage représenteraient 450 kwh par an, alors que l'électroménager en consommerait 2602 kwh.

On voit bien que ce n'est pas sur l'éclairage qu'il sera possible de faire de grandes économies. Limiter l'usage du sèche-linge, du lave-vaisselle ou de la climatisation aux cas vraiment nécessaires serait tellement plus efficace si le but véritablement visé était de réduire la consommation énergétique. Mais cela nuirait aux intérêts de ceux qui en vive, aussi aucune action n'est-elle prévue.

 

La durée de vie de ces ampoules est contestée

Il y aurait de bonnes et de mauvaises séries, sur les forums, de très nombreux usagers de plaignent d'avoir eu à changer ces ampoules au bout de six mois, surtout celles qui doivent être souvent allumées et éteintes. Après avoir beaucoup lu, mon sentiment est que les ampoules à incandescence durent généralement plus longtemps qu'annoncées, et les fluorescentes moins longtemps, mais avec d'énormes différence d'une marque à l'autre. Statistiquement, la durée de vie des ampoules basse consommation est probablement sur-estimée.

En outre il est constaté de l'avis même des constructeurs qu'elle perdent de leur intensité au cours du temps. (5 % par tranche de 2000 heures)

La qualité de lumière est franchement rejetée

La «température de couleur», est mesurée en kelvins (K). En somme, plus la température est élevée (4 000 à 6 500 K), plus la lumière est froide et tire sur le bleu.
Ampoule lumière chaude : de 2700 à 4700 °K
Ampoule lumière froide : de 5000 à 6500 °K

À l'inverse, plus elle est basse, plus la couleur est jaune et chaude. Pour un rendu équivalent aux modèles à incandescence, choisir plutôt une lampe de 2 700 K.
Et ne pas se laisser abuser par les mentions du type «lumière du jour», franchement blanche.

Les commentaires de Libération et du Figaro sont unanimes, personne ne souhaite vivre dans une "arrière cuisine de pizzéria soviétique" . La lumière est déprimante, surtout en hiver. Beaucoup de personnes doutent même de la correspondance affichée, par exemple les lampes fluo de 20 W ne correspondrait pas aux anciennes ampoules de 100 W comme affiché, mais plutôt de 80 W.

 

La taille et l'esthétique des lampes posent problème.

Elles imposent parfois l'achat de nouveaux luminaires car leur culot est le triple de celui des lampes à incandescence. Il n'est pas toujours possible de les fixer. D'autres fois, les personnes qui ont investi dans leur déco voient mal ces mastodontes défigurer leurs lustres anciens de style.

Plus ennuyeux, elles ne supportent pas les variateurs ce qui interdit des lumières plus douces pour l'intimité ou plus fortes pour le repas.

 

 

Voir un extrait des forums des deux journaux.
C'est très riche !

 

 

 

 
 

Les lampes LED sont elles une alternative ?

Les ampoules à diodes  sont utilisées depuis longtemps en informatique, elles sont utiliséses pour lampes de bureaux, les spots et les plafonniers.

  • Elles ne contiennent pas de mercure
  • Elles diffusent une lumière acceptable
  • Elles sont petites et discrètes
  • Elles consomment peu et ne produisent pas de chaleur
  • Elles résistent à des allumages fréquents, et sont instantanées.
  • Elles consomment encore moins que les ampoules fluorescentes.

Toutefois, elles coûtent beaucoup plus cher que les ampoules fluorescentes, même si le prix a tendance à baisser. Cette technologie va probablement d'ici quelques années remplacer celle de la fluorescence qui a décidément beaucoup trop d'inconvénients.

 

 

On ne voit pas pourquoi les gouvernants ont décidé d'arrêter la commercialisation des ampoules à incandescence maintenant.

Cette décision est autoritaire et ne correspond pas à une décision libérale au sens économique du terme. Au Figaro on accuse volontier les écolos de marcher sur la tête et d'imposer de façon stalinienne des normes absurdes. A Libération on est écolo, et on soutient que cette réforme n'a aucun intérêt pour l'écologie, et qu'au contraire elle va dégoûter les électeurs de l'écologie. Personne n'approuve.

Mais c'est sur le Figaro qu'on est le plus sévère. Certains n'hésitent pas à affirmer que cette mesure autoritaire est le fruit d'un lobbying efficace des fabricants d'ampoules. Ils auraient réussi à convaincre les dirigeants politiques que c'était le seul moyen pour sauver les usines françaises d'ampoules, même s'ils se sont empressés de tout sous traiter en Chine.

Le bon sens aurait voulu qu'on encourage les nouvelles technologies à fluorescence et à diode qui doivent quand même être moins énergivore, mais qu'on attende d'avoir vraiment un produit plus efficace et meilleur. On a jamais réussi à empêcher le public de préférer les innovations aux anciennes technologies chaque fois qu'un progrès était avéré.

Personne n'a jamais interdit les diligences pour obliger les gens à prendre le chemin de fer ! !

Jusqu'à preuve du contraire Mivy est persuadé que l'interdiction du commerce des ampoules à incandescence est une mesure liée à l'intérêt de certains industriels et de certaines personnes privées, et que les raisons écologiques évoquées ne sont que des prétextes. Si la science fait des progrès naturellement les consommateurs iront vers les nouvelles technologies, la contrainte actuelle se traduit par une nouvelle ponction sur le pouvoir d'achat des ménages qui sont obligé d'acheter cher des produits qui ne sont pas encore tout à fait au point.

Mais je suis prêt à changer d'avis si on me prouve le contraire !

Michel Lévy