Mivy décoiffe,
car il a été conçu par un chauve !
réagir ou s'abonner : a  
http://www.mivy.ovh.org/

26-fév-17


Pour me suivre ou commenter sur Facebook,
facebook

L'Arménie et nous

Écrit en mars 2006 et mis à jour le : lundi, 20-Sep-2010

Pour r éagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez

Accueil

Juifs et Arméniens sont très proches dans la diaspora, même traumatisme, même gratitude envers les pays qui nous ont accueillis, même comportement social, et même place dans notre coeur pour le pays de nos racines.  Il n'y a pas de concurrence entre les victimes, car à cause comparable, ont répondues des atrocités de même nature et il existe une solidarité des victimes contre les faussaires. Mais les relations d'État au Proche Orient sont plus complexes, si l'histoire et le coeur rapprochent Israël et l'Arménie, les intérêts peuvent les éloigner.

a
 

Voici une carte de la République d'Arménie en 2006. Vous remarquerez d'entrée le caractère tortueux decartes frontières, son imbrication inextricable avec l'Azerbaïdjan. C'est une presqu'île chrétienne enfoncée en terre musulmane.

      C'est un tout petit pays, dont le sommet (Mt Aragats) culmine à 4090 m. (Le mont Ararat 5165 m, si cher à Noé est aujourd'hui en Turquie). Une surface d' environ 30 000 km² contre 550 000 pour la France, et une population proche de 3 500 000 habitants, c'est à dire beaucoup moins qu'Israël. Il existe une diaspora d' environ 4 500 000 personnes dont la moitié réside en Turquie et dans les pays voisins, les autres habitant surtout aux Etats Unis, en Russie et en France, y compris à Issy les Moulineaux, tout près de chez moi où se trouve un collège Arméniens, et une magnifique église arménienne.

Pourtant, jadis, l'Arménie était un grand pays, il suffit de regarder cette carte, ou celle là :

Ce qui nous rapproche c'est l'histoire et notre façon de réagir à l'histoire. Vous trouverez ici un résumé du drame arménien. Ce peuple qui fut majoritaire à l'Est de la Turquie a été victime d'une tentative d' extermination avant et pendant la Grande Guerre.

ecusson
net armenie
Pour mieux connaître l'Arménie, un site de référence.
 

Courriers

Humour

Mais pour quels motifs en voulait-on aux arméniens ?

On pourrait leur appliquer l'histoire juive :
« Il parait que le roi veut chasser de la capitale les juifs et les coiffeurs.
Et les gens répondent Pourquoi les coiffeurs ? ? 
alors qu'ils auraient dû demander pourquoi les juifs ? Qu 'ont-ils fait ?
   Donc je pose la question: Pourquoi les arméniens ?

Les arméniens ne sont pas musulmans.

     Contrairement aux légendes colportées à partir des années 1960 sur fond de guerre d' Algérie, l'islam n' accepte pas les autres religions. Elle peut les tolérer, mais sous condition. Partout où les musulmans sont devenus majoritaires, les chrétiens et  juifs ont été soumis à des vexations continuelles, et à chaque crise leur vie a été mise en danger. Ce n'est pas par hasard si les juifs se sont précipités sous la protection de la France dès son arrivée en Afrique du Nord, et s' ils sont partis avec elle pour la plu part. Quant aux chrétiens, majoritaires en Tunisie au début du moyen âge... ils ont subit le même sort que les musulmans de Sicile. 

      Pendant les grandes tueries, les turcs ont souvent laissé la vie sauve à des femmes, souvent jolies, et à des enfants, car leur désire fondamental n'était pas la disparition de l' ethnie arménienne, mais la disparition du christianisme en Turquie. Ainsi les plus jolies femmes étaient mariées de force, et certains enfants privilégiés élevés dans la foi islamique. Le "surplus" a été exterminé. Certains hommes, y compris certains prêtres ont eu la vie sauve en se convertissant, les autres ont souffert le martyr.
Aujourd'hui, l'islam convertit le plus possible de chrétiens, et des rumeurs parlent de conversion actuelle de kabyles vers le christianisme. Mais il n'y a pas reciprocité, je vous soumets un "post" venu du forum Mejliss donnant un point de vue musulman :

meijliss

Il faut bien sûr relativiser ce témoignage, qui n'est qu'un point de vue de particulier, mais je vous défie de trouver ailleurs un texte comparable émanant d'un bouddhiste, chrétien, juif ou autre.

 

Les arméniens avaient besoin de liberté : On les prend pour des révolutionnaires.

Menacés depuis longtemps dans l' empire turc, ils ne pouvaient qu 'être inquiets pour leur situation, et leur espoir n'était pas de voir se créer un état arménien sur les ruines de l' empire turc, mais plutôt que l' empire se transforme, et donne à chacun de ses peuples, et à chacun de ses sujets le minimum de liberté auquel il a droit.  L' élite avait des relations avec les autres pays chrétiens, et voyaient et vivaient toutes les révolutions et les espoirs du XIX ième siècle.

Ils étaient donc en première ligne, avec leurs compatriotes musulmans pour lutter contre le despotisme du sultan. Ce dernier ne pouvait l' ignorer, aussi se méfiait-il d'eux davantage, ce qui ne pouvait que renforcer leur détermination. On voit ici la relation avec les juifs révolutionnaires russes.
Le Tsar, défenseur de l'Eglise, oppresseur des peuples ne supportait pas la rébellion d' opprimés surtout s' ils n' étaient pas chrétiens. Arméniens et juifs, victimes de la même oppression étaient tentés par la même révolution sans souhaiter le démembrement des empires où ils vivaient.

  Les arméniens étaient jalousés par les Kurdes au milieu de qui ils vivaient   

Les Kurdes étaient généralement bergers et pauvres, alors que les Arméniens plus anciens étaient souvent agriculteurs. Les tenants d'une économie pastorale s' affrontent régulièrement aux tenants de l' agriculture, l' un a besoin de grands espaces, et les autres, d' espaces clos. Les conflits sur l' occupation de la terre sont nécessairement nombreux.

Souvent commerçants, polyglottes (Turc, Arménien, Russe, Perse etc... ) les arméniens possédaient une histoire très riche, avec des monuments qui impressionnaient les bergers Kurdes, et leur montrait l' illusion de la richesse.

Les arméniens avaient une élite visible, cultivée, riche et ouverte à l'occident, ils se démarquaient ainsi de leurs voisins,  plus belliqueux, dont la colère dirigée d'abord contre le sultan a su être détournée par lui contre les arméniens.

Cette élite traitait des affaires importantes avec les capitalistes des puissances impériales qui pillaient l' empire turc en déliquescence. Ces quelques fortunes excitèrent encore davantage de jalousies, même si la masse des populations restaient modestes et vivaient d' agriculture et de commerce.

Les arméniens devenaient les boucs émissaires

L' empire s' effritait, ses provinces chrétiennes d'Europe étaient en rébellion, et les répressions sanglantes se sont terminées par des guerres d' indépendance avec l' appui de la France et de l' Angleterre. Les musulmans vaincus ont du rejoindre la Turquie, où les chrétiens se sont trouvés de plus en plus minoritaires face à une population qui avait souvent des vengeances à assouvir.

 Les arméniens cherchaient à se protéger, on les considérait comme des traîtres.

Leur culture et leurs goûts pour les langues en faisaient naturellement les correspondants des grandes puissances impérialistes, les nationalistes les considéraient comme des agents de l' étranger.

Plus les persécutions s' aggravaient, plus ils appelaient au secours leurs connaissances et relations. Ils espéraient même naïvement l'aide de la Russie tsaristes... espoir bien mince, car le tsar était autant anti arménien qu'anti sémite, qu'anti musulman, qu'anti tout ce qui n'était pas Russe et Orthodoxe.   Mais pour le Sultan, et les jeunes turcs, la trahison des arméniens étaient logique et probable, ils ont préféré agir avant d'avoir à constater la moindre traîtrise.  Les protestations de fidélité n'ont bien sûr servi à rien.

blog
Petite encyclopédie du génocide arménien sur blog
de Denis Donikian
 
 
 

Les mémoires sont elles en concurrence ?

Il n'y a pas concurrence des mémoire, elles se font écho dans une douleur commune.

      Le lecteur un tant soit peu informé des persécutions des juifs ne pourra que trouver des points communs dans les causes du désastre. Il suffirait de remplacer Kurdes par Ukrainien, Turc par Allemand, et Arménien par Juif pour avoir des histoires similaires. Le déroulement des massacres, les déportations, les camps où on mourrait de faim, la maladie, le sadisme, les justes, tout y est. Il n'y a pas concurrence, mais similitude, solidarité, et pleurs en commun, et dans notre douleur nous incluons les Tutsis du Rwanda, et les Cambodgiens. Les relations entre les associations de victimes sont toujours excellentes.  (D'autres massacres s' en rapprochent, nous avons connu le Biaffra, et le Darfour mais à ma connaissance, dans ces deux cas il n'y a pas eu plan systématique d' extermination.)

Mais il y a un combat contre les faussaires

        Un autre point commun, est le combat contre le négationisme. Le négationisme, c'est nier la mémoire, falsifier le passé pour se justifier. 

        Les dirigeants turcs continuent à dire que s'il y a eu des exactions regrettables, lesarméniens ont attaqué les premiers car ils étaient des traîtres à la Turquie et les alliés des russes. Il prétendent que les arméniens ont tué à peu près autant de turcs que les turcs ont tué d' Arméniens. Ils soutiennent Turquiequ'il existe de très nombreux documents le prouvant.   Malheureusement, ils n' en publient aucun en français ou en anglais. Si dans certains cas, les arméniens ont vendu chèrement leur peau, ou si certains d'entre eux se sont vengés et ont aussi commis des crimes abominables contre des turcs ou des kurdes innocents, les échelles ne sont pas les mêmes. Les allégations turques sur la présence d'un dossier très complet me rappellent les dossiers secrets de l'affaire Dreyfus,  les documents existent mais on ne les publie pas.

       Côté de la Shoah, les principaux responsables, les allemands déplorent ce drame, et reconnaissent la responsabilité de leur peuple. Mais ce sont des musulmans qui falsifient l'histoire. Les négationistes sont des héros du monde arabe, comme Roger Garaudy qui sévit au Caire ou le président Mahmoud Ahmadinejad d'Iran.
      Plus grave pour nous, les arabes montent le mythe d'un pseudo génocide des Palestiniens, afin de dire au monde, les vrais responsables de génocide ce sont les juifs.

     Peut-on comparer la propagande turque qui expliquent que ce sont les Arméniens qui sont responsables des massacres, et celle des arabes qui raconte que les juifs ont inventé la Shoah pour justifier la pseudo extermination des palestiniens ?

crif

Selon le CRIF après une rencontre avec les dirigeants arméniens : " Un tour d’horizon historique a mis en évidence la proximité incontestable des destinées des peuples juif et arménien à travers les siècles. "

 

arche

Arméniens et Juifs : pour le dialogue et la reconnaissance mutuelle par Yves Ternon

. L’Arche n° 546-547, août-septembre 2003.

Yves Ternon est l’auteur de L’innocence des victimes - Au siècle des génocides (Desclée de Brouwer, 2001),
L’État criminel (Seuil, 1995),
et Les Arméniens, Histoire d’un génocide (Seuil, 1996).

sefarad
Le mythe des judéo-arméniens

 
 
 
 

Les relations entre l'Arménie et Israël restent complexes

L'Arménie est en conflit avec les rares pays musulmans amis d'Israël  

       Israël comme l'Arménie est entouré de pays musulmans avec qui les relations sont complexes. Israël est globalement en guerre avec le monde arabe, la paix froide avec l' Égypte ne fait illusion à personne, et la paix avec la Jordanie repose sur des intérêts stratégiques et sur le désir du roi de Jordanie d' assurer la prospérité de son pays, mais le coeur n'y est pas.

        L'Arménie a des relations conflictuelles avec la Turquie, et très mauvaises avec l'Azerbaïdjan. Certains cantons d'Azerbaïdjan, le Haut Karabach étaient peuplés en majorité d'Arméniens, mais enclavés en zone Azéri. Par une opération militaire de grande envergure, l'Arménie est venue occuper ce territoire pour y protéger ses compatriotes, en entraînant l' exil de nombreux Azeris.

haut karabakh

Les Arméniens sont ici dans la peau des Israëliens, occupant d'un autre peuple sur le sol de leurs ancêtres.

      Israël a un besoin vital d'avoir les meilleures relations possibles avec les états musulmans qui le souhaitent. Or la Turquie a choisi de s' allier pour le moment avec les États Unis et Israël pour favoriser son commerce avec les pays anglo-saxons, et se prémunir contre l' instabilité chronique de l'orient arabe. Israël compte aussi sur l'Azerbaïdjan, pays riche en pétrole, qui  n'est pas arabe avec qui il a d' excellentes relations.

      Comment faire pour être ami de l'Arménie, de la Turquie et de l'Azerbaïdjan ? c'est un exercice qui n 'est pas facile et chaque parole peut rapidement dégénérer en incident diplomatique.

      Est-ce dans ce contexte qu'il faut évoquer l'expulsion avec  pertes et fracas de l' ambassadeur

Il existe une solide tradition antisémite chez les chrétiens d' orient.

Cette tradition est d' origine théologique ou politique (Les juifs ont été accueillis par le Sultan pour l' aider à lutter contre l'Espagne et la chrétienté qui à l'époque persécutait les juifs). Beaucoup d'Arméniens ont été accueillis à Alep, Beyrouth Jérusalem où ils ont vécu en symbiose avec les arabes, ils ont reçu la même éducation anti sioniste, donc antisémite.

Mais la question de Jérusalem, et la montée de l'islam radicale chez les arabes est peut-être en train de faire évoluer les mentalités.

 Jérusalem, la vieille ville est divisée en quatre quartiers, le quartier Juif, le quartier musulman, le quartier chrétien, et le quartier arménien. C'est dans ce quartier que s'est reconstitué le centre spirituel de l'Arménie.

Les habitants se positionnent comme palestiniens, et se montrent solidaires des arabes, et certains assimile leur sort à celui des arabes de Palestine, en particulier quand ils pensent aux ruines des villages arabes abandonnés après 1948. Il y a souvent des conflits sur les propriétés de l' église, et les empiétements des israéliens sont mal supportés. On peut le lire sur le web, mais les arméniens ne sont pas des nationalistes virulents, ils sont pacifistes, commerçants et très accueillants envers les touristes. Les coupes en verres faites par les arméniens sont d'après eux d'une qualité infiniment supérieure aux pâles imitations arabes faites à 'Hebron.

Je me suis promené dans le quartier arménien de la vieille ville et j'ai remarqué les sonnettes et les boites aux lettres : les noms sont écrits en caractère latin, c'est à dire que les arméniens ne se veulent ni arabes ni juifs... ils sont probablement favorable à une forme d' internationalisation de la ville sainte, comme le souhaite le vatican. Les accords non signés de camp David et Taba qui auraient pu aboutir à la paix, prévoyaient un partage de la ville sainte, les vieilles villes juives et arméniennes auraient été rattachées à Israël tandis que les quartiers chrétiens et musulmans seraient devenus palestiniens, le tout dans une ville ouverte avec libre circulation.

Que pensent réellement les arméniens de l'avenir de la ville sainte ? L'histoire leur a montré qu'il est dangereux de se compromettre dans le monde islamique, quand Tsahal s'est retiré du sud Liban des libanais qui avaient sympathisé avec les israéliens ont été lynchés.

Quand on est arménien, cela fait réfléchir.

Michel Lévy

Post scriptum : le 20septembre 2010 :

Les relations entre L'Arménie et Israël continuent à évoluer en fonction des alliances dans la région qui deviennent fluctuantes : L'Arménie se rapproche de l'Iran avec qui elle a d'excellentes relations, en particulier grâce à la diaspora arméninienne vivant de l'autre côté de la frontière. La Turquie a décidé de changer d'alliance et de se rapprocher des pays islamiques en rompant son alliance avec Israël. En même temps Israël renforce sont alliance avec l'Azerbaïdjan, pays pétrolier proche de l'Iran qui pourrait servir de base pour une action contre les centrales nucléaires d'Iran.

Donc, les relations entre l'Arménie et Israël ne pourront pas profiter à court terme de la rupture entre la Turquie et Israël. On restera dans des relations entre états polies et froides... en attendant qu'une paix improbable permettent aux coeurs d'oublier leurs intérêts stratégique, et de se laisser aller à leurs véritables sentiments. Seuls pays au monde a être assiégés par l'islam, a avoir une mémoire commune et une loi du retour pour permettre à la diaspora de rentrer au pays, l'Arménie et Israël sont fondamentalement des pays frères.


adic
Adic : Global Armenian Heritage