Mivy décoiffe,
car il a été conçu par un chauve !
réagir ou s'abonner : a  
http://www.mivy.fr/

11-jui-17


Pour me suivre ou commenter sur Facebook,
facebook

L'Affaire des minarets

jeudi, 10-Déc-2009

Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez

Accueil

L'Europe a peur de l'Islam, l'exemple Suisse soulève un débat dans toute la communauté européenne. En toile de fond, des doutes sur la capacité des musulmans à s'intégrer dans un monde laïco-chrétien. L'élite y croit, et pense que voter des mesures discriminatoires nuira à une intégration souhaitable, mais la majorité n'y croit pas. La démocratie pourrait conduire aux discriminations et à la crise de société.
 

Grosse surprise en Suisse, à 57 % les suisses décident qu'il sera inconstitutionnel de construire des minarets dominant les mosquées.

Le constat :

La "votation" a eu lieu à l'initiative de l'UDC (Union Démocratique et du Centre) qui est un parti agrarien et libéral, dont le leader Chritoph Blocher milite contre l'union européenne, les immigrés, et le rôle de l'état ou des collectivités dans l'économie. L'ensemble des autorités politiques et religieuses suisses s'étaient opposées à l'initiative de l'UDC soutenue seulement par l'UDF (Union Démocratique Fédérale parti de la droite chrétienne), mais le peuple en a décidé autrement sauf dans les cantons de Genève, Vaud (Lausanne), Neuchatel, et dans les grandes villes de Zürich, Berne ou Bâle.
Dans les cantons où l'islam est introuvable ont a voté massivement pour l'interdiction des minarets.

Les minarets et les clochers

Les minarets sont des tours d'où le muezzin appelle à la prière, ils dominent les villes où l'islam s'est implanté. En Israël, par exemple, en allant de mer morte vers Ashdod sur la méditerranée, à proximité de Béer Sheva, j'ai aperçu à quelques kilomètres de la route une grande ville, hérissée de minarets très hauts. On m'a dit qu'il s'agissait de Rahat, ville nouvelle d'environ 50 000 habitants, crée en 1972 peuplée de bédouins qu'Israël souhaite sédentariser. Une amie de Béer Shéva m'a dit qu'elle n'y mettait plus les pieds, car on y lapide les voitures des non-musulmans.

ba

Historiquement, on reconnaissait les villes islamiques grâce à leur minaret, et les villes chrétiennes grâce à leur clocher. Lors des conquêtes, les clochers devenaient minarets et réciproquement, comme à Séville où le clocher de la cathédrale, la giralda possède son frère la koutouhiya  à Marakech.

Il y a toujours eu des querelles de clocher, par exemple, à Munster dans le Haut Rhin, une église protestante domine à un bout de la place l'église catholique. Si les catholiques étaient les plus nombreux, les protestants étaient les plus riches. Parfois, ce sont les laïques qui veulent régner, ainsi dans le Nord et en Flandre, les beffrois sont les minarets ou les clochers des bourgeois qui refusaient de se soumettre au clergé.

Le clergé de la religion dominante, marque son territoire par une tour visible si possible de partout. Pour les Suisses à l'origine de la votation, il fallait empêcher l'islam de marquer son territoire en Suisse.

Et les synagogues ?



cD'habitude les synagogues ne dominent pas. Dans la diaspora, il n'existait pas de terre juive, et la prudence, parfois la loi, imposait une modestie, qui s'est perpétué en Israël, où il n'y a pas de tour pour signaler les lieux de prière.

Par exemple, Beith Shémesh ville orthodoxe d'Israël ne possède pas de cathédrale, le centre culturel ou l'immeuble des pompiers domine la ville. Voici un exemple d'une synagogue récente dont l'intérieur est tout dde marbre. L'extérieur reste modeste.

Toutefois, cela n'est pas toujours vrai. Le quartier juif de la vieille ville de Jérusalem était dominé par une synagogue impressionnante "Tifereth Israël" Sans clocher ni minaret, elle se voyait de loin et a été démolie par les Jordaniens après 1948, pour effacer toute trace juive dans une ville qui l'était majoritairement depuis des siècles. Aujourd'hui, elle reprend son rôle dominant, car de retour, les Juifs veulent comme les autres marquer leur territoire.

 

 

 

 
Photos de jolies mosquées en France
 
 
 
 
 
 
 

Courriers

Humour

L'hostilité à l'islam grandit régulièrement en occident

Les signaux que nous envoi l'Islam sont négatifs,

  • Des "fatwas" contre des intellectuels et l'assassinat de certains d'entre-eux dont les créations sont jugées contraire à la bien-pensance musulmane.
  • Des foules immenses manifestant dans les rues et incendiant des ambassades pour une caricature (imaginerait on le même comportement de la part d'occidentaux à propos d'une caricature de Jésus Christ?).
  • Des femmes flagellées pour le port d'une jupe ou d'un pantalon, d'autres, lapidées
  • Des homosexuels pendus, des criminels exécutés en public au sabre.
  • Des attentats, massacres, meurtres en masse, commis au nom de l'Islam
  • Le port ostensible de signes évoquant les islamistes radicaux (Barbes, tenues afghanes, voile intégral), renvoyant à une adhésion de principe à leur idéologie.
  • Une présence visible parmi les fauteurs de troubles à l'ordre public (incendies de voitures, émeutes, ...)
  • Des revendications en opposition avec nos principes (concernant l'égalité hommes-femmes, la mixité, etc.)
  • Des discours antisémites et anti chrétiens dans certaines mosquées et sur internet, y compris en France
  • Multiplication des actes de malveillance envers les chrétiens en terre d'islam, qui se traduit par un exode des chrétiens d'orient
  • Prosélyitisme actif en terre chrétienne et persécution des musulmans se convertissant au christianisme dans les pays islamiques.
  • Les propos d'Erdogan, premier ministre turc n'a pas du apaiser les craintes : « les mosquées sont nos casernes,   les citoyens nos soldats,   les coupoles nos casques,   les minarets nos baïonnettes »

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l'occident s'est montré très ouvert aux religions non chrétiennes qui bénéficient d'une liberté totale, mais la réciproque n'existe pas, pour cela entre autre on assiste à une rupture entre le ressenti du peuple, et la volonté d'apaisement des élites politiques et religieuses.

Des raisons économiques poussent vers l'Europe les populations du Sud, mais cette invasion est mal vécue. Georges Marc Benhamou, dans un mensonge français, explique que le Général De Gaulle, prévoyant l'attrait de la métropole sur l'Algérie, et l'égalité inéluctable entre tous les citoyens de la république aurait choisi de traiter une indépendance avec "les pires", afin de couper les ponts, et que la France ne devienne pas Algérienne.

En réalité, il semble impossible de contenir cette vague migratoire, nos dirigeants ont donc choisi d'assimiler les nouveaux venus. Ce n'est pas une mission impossible, une très large majorité des musulmans de France souhaite vivre comme des français musulmans, et demande un traitement égalitaire. Selon un enquête de 2006, les musulmans de France expriment une "préférence pour l'assimilation", selon l'institut : 78 % d'entre eux estiment que leur communauté souhaite adopter les traditions nationales (contre 41 % en Angleterre et 30 % en Allemagne). En exemple, voici la mosquée de Tarbes, on reconnait un bâtiment de style béarnais, et un minaret discret faisant penser à une pagode, le tout s'inscrivant dans le paysage des Pyrénées

L'assimilation des musulman est question de temps à condition qu'ils ne soient pas exclus, car s'ils ne sont pas admis dans la société, ils se regrouperont et seront alors la proie facile des idéologies antioccidentales. La votation suisse a indiscutablement un aspect discriminatoire, c'est un mauvais signe pour les tenants de l'assimilation. Certains discours doivent être combattus, mais les pauvres bâtiments n'y sont pour rien, comme le soulignent les élus de l'UMP, les minarets doivent obéir aux plans d'urbanisme, et là dessus tout le monde est d'accord en France.

La votation suisse est un acte grave de défiance d'une population qui ne croit pas à l'intégration de l'islam dans sa société. Elle risque de rejeter les musulmans là où certains veulent les enfermer : là où se trouvent les risques d'un communautarisme militant. Les élus sont interpellés, il était donc intéressant de connaître leurs réactions :


Les français de plus en plus hostiles aux mosquées
Minarets : qu'en pensent les français ?
Vigilance Laïque
sondage sur les musulmans européens (2006)
  L'analyse des partis politiques

Vous trouverez les communiqués officiels intégraux ici

Le nouveau parti anticapitaliste :

Le nouveau parti anticapitaliste trouve l'initiative raciste, sous prétexte de combattre un prétendu danger d’islamisation rampante, c'est une mesure discriminatoire fondée sur l’interdiction d’un édifice religieux qui vise à stigmatiser une « identité étrangère», musulmane. Le terreau politique de cette interdiction de construire des minarets, introduite dans la constitution suisse, est une politique migratoire raciste, mise en œuvre depuis des décennies.

 


Le parti communiste

En jouant sur les peurs et le mensonge, une extrême droite populiste a réussi à mobiliser une majorité sur des conceptions xénophobes et islamophobes. Ce rejet des valeurs de liberté, d’égalité et de laïcité est un signe grave dans une Europe en crise sociale où le besoin de citoyenneté, de solidarité et de démocratie est profond.

Le parti socialiste

Le Parti socialiste est consterné. Il accuse les grands partis démocratiques de ne pas apporter de réponse à la crise sociale, ce qui favorise la stratégie du bouc émissaire. Il accuse l'UMP d'embrayer sur ces positions en développant le débat sur l’identité nationale.

 

Les verts

Les verts sont indignés, tous les prétextes sont bons : débat sur la burqa, mariage gris, minarets, amalgame entre la sécurité et l’immigration, identité nationale... pour faire peur et nourrir un sentiment de rejet contre ceux qui viennent de pays musulmans. L’Europe s’éloigne chaque jour d’avantage du respect des droits humains et de la liberté de croyance. C’est la cohésion sociale européenne qui est aujourd’hui menacée.

Le mouvement démocrate :

Le mouvement démocrate est embarrassé, la preuve, il n'a produit aucun communiqué, on sait seulement qu'il est opposé au débat sur l'identité national qu'il trouve dangereux.

Le nouveau centre :

Dans la rubrique "revue de presse" de leur site on trouve l'opinion d'un député Jean Dionis, qui en tant que catholique trouve la mesure vexatoire et absurde. Il pense qu'il y a beaucoup de choses à reprocher aux pays islamiques, mais que pour le faire il faut être exemplaire. Dans ce cadre, en donnant les mêmes droits on peut et on doit exiger les mêmes devoirs et ne pas tolérer les troubles à l'ordre public. (L'article et suivi d'un dialogue entre les lecteurs qui ne manque pas d'intérêt)

L'UMP

Le débat sur l’identité nationale est le lieu idéal pour parler des problèmes. A force de ne pas vouloir les aborder, les socialistes ont favorisé la poussée de l’extrémisme. Le débat n’est pas d'être pour ou contre les minarets, mais de s’assurer des meilleures conditions possibles d’accueil pour la pratique convenable des croyances. La décision d’une telle construction relève de l’urbanisme. C’est aux responsables des collectivités locales d’apporter les réponses, ce dans le respect des règles mais également des us et coutumes. Le prosélytisme fait partie de toutes les religions et doit s’arrêter.

Le front national

Le vote totalement démocratique du peuple suisse est un sursaut légitime c'est aux nouveaux arrivants, même légaux, de se plier aux lois et non l'inverse. Un vote sur le même sujet chez nous donnerait un chiffre identique, voire supérieur ; les français veulent garder leurs lois, leurs mœurs, leurs coutumes, leurs traditions ; ils sont contre l’immigration invasion, en un mot ils veulent rester Français sur une terre française et leur non racisme, ne doit pas devenir une raison de perte d’identité et d’islamisation.

E n résumé, personne en France ne veut interdire les mosquées ni aller au conflit avec l'islam, toutefois la fracture entre la gauche et la droite est sensible, le modem au centre en perd sa voix ! (il a du tomber dans la fracture ! ).
A gauche on sent bien que cette votation est le refus d'un islam qui fait peur, et on explique que c' est un fantasme dangereux pour la cohésion sociale. A droite on est mal à l'aise, on comprend la crainte des électeurs, on veut la calmer, et on laisse sous entendre que les musulmans ont une part de responsabilité dans la situation actuelle, donc les électeurs peut-être raison, mais qu'on a pas le choix.

 
















les verts





nouveau centre






UMP
front national
 
 

Le point de vue des religieux :

La fédération protestante explique que ce vote vient d'une peur irraisonnée, surtout qu'en Suisse les musulmans, originaires des balkans sont laïques à plus de 80 %, et n'ont jamais posés de problèmes. Comme on ne peut pas dissoudre le peuple, il faut bien s'interroger sur son avis, et redoubler les efforts de dialogue interreligieux pour lutter contre la peur de l'autre qui n'annonce pas des jours faciles.

L'Eglise catholique laisse la parole aux évêques Suisses, elle déplore cette preuve d'intolérance qui augmentera les problèmes de cohabitation entre les religions. Elle affirme que cette mesure n'aidera pas les chrétiens d'orient qui sont opprimés et persécutés dans les pays islamiques.

Le grand Rabbin de France, trouve l'interdiction des minarets discriminatoire et inacceptable. La démocratie peut brimer les minorités, elle doit donc être contrôlée. Il vaudrait mieux remplir les églises plutôt que combattre les minarets. Il serait illusoire d'espérer des améliorations dans les contacts intercommunautaires ici, sans des changements visibles là bas dans le monde islamiques.

Et Mivy, que pense t-il de tout ça ? Et bien, une fois n'est pas coutume, je me range derrière l'avis du Grand Rabbin de France !

Comme lui, je crois que tous les croyants ont le droit d'avoir des lieux de culte décents, qu'il serait discriminatoire et inacceptable de prendre des mesures contre les seuls musulmans. Comme l'UMP je soutiens que les bâtiments doivent s'insérer dans le paysage, et ne doivent pas donner l'illusion d'une domination. Comme la gauche, je me méfie de ceux qui diffusent la peur du voisin, et qui veulent enfermer les gens les uns dans des blockhaus et les autres dans des ghettos. La remarque sur les méfaits d'une trop grande démocratie est pertinente. Rien n 'interdirait à un pays antisémite de voter démocratiquement des brimades intolérables. Enfin, nos dirigeants doivent combattre les agissements de ceux qui diffusent une vision conquérante et obscurantiste de leur religion, qu'ils se trouvent en France ou à l'étranger.

 

 

Fédération protestante de France
Conférence des évèques de France